KOKORO
A prayer for Japan after the 2011 Tohoku tsunami
par Frederic Rossille


[ dossier de presse ]

- introduction, par Cécile Duchamp
- quelques notes de l'auteur
- L'interview imaginaire de M.V. Kanenguise
- réception de l'album
- contact
- kokoro homepage



Introduction

Né le jour-même de la première Conférence internationale contre les bombes atomiques et à hydrogène qui s'est déroulée à Hiroshima, Frédéric Rossille a donné son premier concert au Japon le 11 septembre 2004 à la Maison Franco-Japonaise de Tokyo. Ami personnel de Mr Ryuichi Sakamoto, ses musiques ont été décrites par le Pr Tsutomu Iwasaki (1) comme profondément inspirées par l'âme japonaise.

Je suis heureuse de présenter aujourd'hui 'KOKORO', le nouvel album que Frédéric Rossille a écrit et enregistré pour rendre hommage aux victimes du tremblement de terre et du tsunami qui ont frappé la région du Tohoku le 11 mars 2011. Au Japon, 'Kokoro' désigne ce qui va directement au coeur sans artifices inutiles. La pièce 'Impression Soleil Levant' est plus particulièrement dédiée aux héros de l'accident nucléaire de Fukushima. Elle a été créée lors d'un récital pour piano que l'auteur a donné en juin dernier au 'Musée en Herbe' de Paris.

Mr. Frédéric Rossille a conçu ce projet discographique avec pour objectif que les bénéfices des ventes aillent aux associations caritatives d'aide aux victimes du tsunami du 11 mars 2011. Ce disque est donc à la disposition de tout organisme ou association qui désirera l'utiliser dans ce sens. Le projet a été soutenu dès son origine par Son Excellence Mr. Isao Kiso, ambassadeur et délégué permanent du Japon auprès de l'UNESCO.

Cécile Duchamp c/o Rêves Magiques - 11 mars 2013
<
reves-magiques@wanadoo.fr>

(1) le Pr Tsutomu Iwasaki a reçu Marguerite Yourcenar à l'Institut franco-japonais de Tokyo en 1982.



tracklist
1. Impression Soleil Levant 2:42
2. Message de l'Archipel 2011 3:47
3. Takeshita Dori 3:07
4. Kokoro 3:22
5. Tokyo Promenade 4:48


Notes de l'auteur

Impression Soleil Levant
Cette pièce a été écrite en mars 2011, dans les jours qui ont suivi le tsunami qui a frappé la région du Tohoku. Elle est dédiée aux victimes et à ceux que l'on a appelés les 'héros de Fukushima'. J'ai emprunté son titre au célèbre tableau de Claude Monet avec l'idée de réunir en une seule expression l'imaginaire japonais et l'impressionisme musical cher à Claude Debussy.

Message de l'Archipel 2011
Il s'agit d'une variation de la pièce en trio '
Message de l'Archipel' que j'ai dédiée en 1998 au musicien et ami Ryuichi Sakamoto. Le Japon y est évoqué par trois fois : avant, pendant et après le tsunami de mars 2011. Certains ont vu dans cette pièce un message d'espoir pour la reconstruction de l'archipel.

Takeshita Dori
Lors de mon concert à la maison franco-japonaise de Tokyo en septembre 2004, je résidais dans le quartier de Shibuya-ku dont les architectures futuristes évoquent celles du film 'Blade Runner' (Ridley Scott, 1982). Me promenant un après midi en direction de Sendagaya, je me suis retrouvé par hasard dans Takeshita Dori qui a la réputation d'être la rue la plus branchée de Tokyo, avec ses magasins de mode, sa boutique 'Beatles' et son public très jeune. Bien que de rythme non ternaire, cette pièce pour piano emprunte le balancement d'une barcarolle.

Kokoro
Une exposition sur le design japonais s'est tenue en 2008 au Musée des Arts Décoratifs de Paris. J'y ai découvert avec bonheur la philosophie du design japonais appelée 'Kansei'. Dans ce courant de pensée, le concept de 'Kokoro' traduit la catégorie de valeurs qui habite le coeur des hommes. 'Kokoro' symbolise ainsi 'ce qui va droit au coeur sans complexité inutile'....

Tokyo Promenade
Ecrite en 1996 puis révisée en 2012, cette 'Promenade' évoque pour moi le Tokyo que j'ai visité en septembre 2004. Architectures insolites de Shibuya-ku, de Shinjuku et de l'île d'Odaiba. Chant des grillons dans les innombrables parcs de la ville, la magnifique avenue Omotesando surnommée les 'Champs-Elysées de Tokyo', le Rainbow Bridge arpentant l'immense baie de Tokyo.... Que d'images extraordinaires semble maintenant me restituer cette musique !

'Impression Soleil Levant', 'Message de l'Archipel 2011' et 'Kokoro' ont été créés le 6 juin 2012 lors de mon récital au Musée en Herbe de Paris.



L'interview imaginaire de Maria-Valentina Kanenguise

M-V.K. Sorti deux ans jour pour jour après la catastrophe de Fukushima, votre album 'Kokoro' est écrit en forme de prière pour le Japon meurtri. Quel est exactement le projet de cet album et pourquoi un hommage spécifiquement musical aux japonais ?

F.R. En 1984 j'écoutais déjà les disques de musiciens de l'archipel tels Haruomi Hosono, Ryuichi Sakamoto ou Isao Tomita. Mon imaginaire nippon s'est en grande partie développé autour de leurs musiques qui symbolisent pour moi l'ailleurs lointain et sa dimension d'étrangeté.

En septembre 2004, un
concert donné à la Maison franco-japonaise m'a donné l'occasion de poser un pied sur l'archipel. Mes premières impressions ont été d'avoir atterri dans une autre galaxie ! Mais très vite je me suis senti comme chez moi, comme si ce pays et son peuple étaient ma vraie famille, retrouvant là-bas mes propres origines.

Quelques jours après le tsunami de mars 2011, la musique 'Impression Soleil Levant' s'est imposée à moi d'une façon tout à fait spontanée. J'ai ensuite conçu le projet d'un album-hommage, destiné à être vendu au bénéfice des victimes et de la reconstruction. Ce projet a été immédiatement soutenu par l'ambassadeur du Japon auprès de l'UNESCO - Son Excellence Monsieur Isao Kiso - qui m'a écrit personnellement. Son soutien a été très important pour moi tout au long de l'élaboration de ce projet.

D'autres encouragements sont arrivés avec de multiples hommages d'artistes et d'intellectuels sur ma page 'A prayer for Japan'. Enfin, des associations - telle l'association 'Bretons du Japon' - se sont également investies rapidement dans le projet.

M-V.K. La musicologue italienne Alessandra Sciortino a récemment comparé votre musique à celles de Claude Debussy et de Ryuichi Sakamoto. Vous accordez une importance fondamentale à la mélodie que vous mettez en perspective grâce à des harmonies innovantes. Votre langage me paraît être tonal voire néo-tonal. Pouvez-vous me préciser davantage votre démarche compositionnelle ?

F.R. Le professeur et compositeur Serban Nichifor de l'Université Nationale de Musique de Bucarest a rapproché mes musiques du mouvement de la 'new consonant music'. Je suis cependant toujours un peu étonné que mes musiques soient rapprochées d'un genre particulier car toutes les tendances et tous les styles m'intéressent et je ne m'interdis aucun champ de création à l'avenir.

En ce qui concerne les parallèles avec les musiques de Debussy et Sakamoto, même si je pense que c'est très éxagéré, c'est pour moi un très grand honneur de leur être comparé ! Claude Debussy et Ryuichi Sakamoto sont en effet de très grands innovateurs et il est vrai que j'apprécie beaucoup leurs musiques. Parmi mes préférences, je peux citer les Préludes et la Suite bergamasque de Debussy, les musiques des films 'Merry Christmas Mr. Lawrence' et 'The Last Emperor' de Ryuichi Sakamoto. Ryuichi est un ami et il apprécie lui-aussi énormément la musique de Claude Debussy.

J'écoute aussi bien sûr les musiques de beaucoup d'autres artistes parmi lesquels Gavin Bryars, György Ligeti, Witold Lutoslawski, Vangelis, Chick Coréa, les groupes Pink Floy, Emerson Lake and Palmer, etc. Je me demande parfois quels liens étranges se tissent entre nos goûts musicaux et notre propre monde musical intérieur. Cela reste très mystérieux pour moi !

Quant à mon utilisation du langage tonal, je pense avec Arnold Schoenberg qu'il y a "encore tant de belles choses à écrire en ut majeur". En plus de ses potentialités infinies, le langage tonal nous propose des moyens expressifs extrêmement puissants que je ne retrouve pas dans les autres manières de composer que sont la musique sérielle, la musique minimaliste ou la musique électroacoustique. Il m'arrive bien sûr d'employer ces techniques chaque fois qu'elles sont nécessaires à mon propos musical, mais sans jamais oublier cette profonde pensée de Claude Debussy : 'la musique doit humblement chercher à faire plaisir, l'extrême complication est le contraire de l'art'.

M-V.K. Dans le passé vous avez écrit des pièces de musique de chambre, des pièces pour orchestre symphonique , des pièces électroacoustiques et des pièces mixtes. Aujourd'hui, pour ce nouvel album vous avez fait le choix du piano solo. Pourquoi ?

F.R. Le piano est mon instrument de prédilection. Depuis mon plus jeune âge je suis fasciné par l'essence mathématique du clavier qui n'est autre qu'une porte ouverte sur l'infini. Le monde de Pythagore semble s'être matérialisé sous cette forme, pour le plaisir de nos sens et de notre esprit.

J'aime l'exigence de l'écriture pour piano. On peut la comparer à la discipline du travail en noir et blanc chez un plasticien comme Victor Vasarely ou chez un dessinateur comme François Schuiten (co-auteur avec Benoît Peeters de la serie BD des Cités Obscures). Dans l'écriture et l'interprétation pianistique, tout doit être parfaitement controlé et la moindre imprécision ne peut être tolérée.

Enfin, de la même manière que l'on parle du passage à la couleur pour une planche de BD, l'écriture musicale 'en noir et blanc' se prête à des possibilités d'orchestrations infinies. Je compare volontiers la partition pour piano au 'prototype départ' cher à Victor Vasarely. Ce 'prototype départ' qui chez lui se prêtera à des colorisations, des variations et des développements à l'infini.

M-V.K. Le professeur Tsutomu Iwasaki a assisté en septembre 2004 au concert que vous avez donné à la Maison Franco-japonaise de Tokyo. Il vous a alors confié son sentiment que votre musique reflétait la profondeur de l'âme japonaise. Comment pouvez-vous expliquer cela ?

F.R. Dans ma petite enfance, j'imaginais des maisons aux pièces séparées par des portes coulissantes, des tentures, des paravents, tous dispositifs évocateurs de l'architecture intérieure japonaise. Plus tard, chaque fin de semaine, notre instituteur sortait son violon pour nous faire chanter une chanson aux intonations étranges intitulée 'La petite fille de Yokohama'. Et chaque fois que j'étais en contact de près ou de loin avec l'Extrême-Orient, mon coeur et mon esprit entraient en résonance.

Des années plus tard, les premières diffusions de mes musiques ont eu lieu sur Radio Pékin International, Radio Nankin et Radio Shanghaï. Comment interpréter cette attirance pour les cultures extrême-orientales ? Cela demeure un mystère pour moi-même !

M-V.K. Quels sont vos projets futurs ?

F.R. Je prépare actuellement des récitals pour piano qui seront l'occasion de présenter mon album 'Kokoro'.

Par ailleurs, de nouveaux albums sont en préparation dont un futur compact-disc de 12 titres qui s'intitulera 'Japanese Pages of Life' et présentera des pièces pour piano et pour diverses formations instrumentales. Comme vous le voyez, mes aventures avec le Japon ne font que commencer !


Réception de l'album

- Extrait de la lettre de Son Excellence Mr. Isao Kiso, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, Délégué permanent du japon auprès de l'UNESCO (Paris)

"Je tiens à vous exprimer mes sincères remerciements pour l'initiative que vous avez prise d'écrire cette très belle pièce musicale dédiée aux victimes du tremblement de terre et du tsunami qui ont frappé le Japon le 11 mars dernier, ainsi que pour votre projet de disque de cinq titres dont une partie des bénéfices sera versée à des associations humanitaires pour venir en aide aux sinistrés."

- Extrait de la lettre de Son Excellence Mr. Ichiro Komatsu, Ambassadeur du Japon en France (Paris)

"J'ai été fortement ému par votre initiative, autant pour la sollicitude qu'elle montre à l'égard des victimes et sinistrés de la catastrophe du Tohoku que par la forme originale qu'elle prend."

- Extrait de la lettre de Monsieur Ryuichi Sakamoto, compositeur, interprète, acteur (New York - Tokyo)

"I received your gift and just listened to it.
It is beautiful !
Thank you so much for your warms, care and compassion !"


Contact

Cécile Duchamp, médiatrice artistique
<
reves-magiques@wanadoo.fr>


Kokoro homepage

http://frederic-rossille.net/kokoro_fr.html




accueil | musique | boutique | profil | mots clefs | nouveautés | sitemap | [english version]