Secret Garden
Un piano-album, composé, interprété et produit par Frédéric Rossille
Enregistrements et mastering : Jean-Paul Vittori
Oceanic Sound Studio & L'Update Studio - Paris 2007
Design & maquette : Christophe Lavigne

[this is the jacket's record 'Secret Garden'] Tracklist and mp3

  1 Ondho 1960   4:37
  2 Omotesando   3:22
  3 Beyond Appearances   3:50
  4 Dream Of Nicopolis   2:53
  5 Sweet Afternoon   3:28
  6 The Pines Of Paleohora   4:08
  7 Intermezzo   3:09
  8 A Friendly Card   3:29
  9 A Day In Tokyo   2:44
10 Prelude In Bb Minor   3:37
11 Jokhang Festivities   3:08
12 Secret Garden   2:44


Order this compact-disc | Listen to extracts on Believe.fr

mp3 downloads :
VirginMega.fr | Amazon.com | FnacMusic.com


Un mystère qui reste à élucider...

   Paris, le 4 février 2008.

   Bien que d'une fiabilité inégale, les albums publiés depuis une quinzaine d'années par le label Rêves Magiques constituent une des meilleures portes d'entrée dans l'univers de Mr Frédéric Rossille. Le dernier album en date, intitulé Secret Garden, n'est cependant pas celui qui lèvera le doute sur la provenance de ces musiques. D'aucuns disent déjà que loin d'apporter des solutions intangibles au problème de sa filiation, ce nouvel album semble au contraire obscurcir encore davantage le mystère de ses origines.

   Qui se cache en effet derrière le personnage de notre auteur ? Nous communiquons avec lui exclusivement par courrier électronique et nous recevons ses oeuvres - musicales, littéraires et graphiques - par la poste. A ce jour nous n'avons jamais pu le rencontrer ni même l'avoir au bout du fil. Le moins que l'on puisse dire est qu'il semble avoir le goût du mystère. S'agit-il d'un créateur isolé qui - tel un capitaine Némo de l'écriture - naviguerait avec figures de notes et de silences sur les vagues d'un océan musical ? S'agit-il d'un pseudonyme collectif - tel le fameux Nicolas Bourbaki des mathématiques - sous lequel se cacherait une équipe de collaborateurs travaillant selon d'ancestrales et méticuleuses méthodes ? Plus prosaïquement, s'agit-il d'un nom fictif créé pour satisfaire les besoins publicitaires d'une grande maison d'édition ?

   Ces doutes persistants nous incitent à vous demander - vous, chers lecteurs et chers auditeurs - de nous faire part de vos plus intimes convictions. Soyez certains que vos courriers nous seront précieux et qu'ils permettront, qui sait, de lever le voile sur certains pans de cette énigme. Soyez-en ici chaleureusement remerciés par avance.

   Christophe Lavigne, directeur de collection
   reves-magiques@wanadoo.fr [courrier pour Reves Magiques]



Une note du bureau éditorial

   L'auteur nous a adressé les enregistrements de son dernier disque Secret Garden avec pour seules indications les titres dactylographiés des morceaux et les trois mots manuscrits suivants : "Enjoy the taste". Quatre images panoramiques tirées sur papier glacé étaient jointes au dossier. Cherchant à être fidèles aux intentions de l'auteur nous nous en sommes inspirés pour réaliser la jaquette de l'album. Notre curiosité piquée au vif par certains titres des plus obscurs, nous nous sommes décidés à mener l'enquète en prenant tous les moyens à notre disposition. Après diverses recherches (Bibliothèque Nationale de France, Intitut de France, Conservatoire Supérieur de Paris, Musée des Arts et Métiers...) et plusieurs tentatives d'analyses (certaines assistées par ordinateur), nous sommes heureux de vous présenter ici nos premières conclusions. Nous devons cependant avertir le lecteur qu'il ne s'agit que de simples hypothèses qui demanderont à être confirmées par les résultats des investigations futures.

   'Ondho 1960' est le titre d'une oeuvre cinétique en noir et blanc du grand maître de l'art optique Victor Vasarely. Une relation n'est pas à exclure entre la composition musicale portant ce titre et l'événement qui s'est produit à la Cité de la musique de Marseille le 9 novembre 2006.

   'Omotesando' est une belle et large avenue réputée pour être les 'Champs Elysées' de Tokyo. On y trouve des enseignes de grands couturiers, des clubs à la mode, une ambiance jeune et branchée. D'après les quelques renseignements que nous avons pu obtenir, notre musicien aurait fait un bref séjour à Tokyo en 2004. Qui plus est, nous apprenons que son hôtel aurait été situé au coeur du quartier de Shibuya, à seulement quelques encablures de la célèbre avenue. Se serait-il promené sur Omotesando ? Aurait-il apprécié cette avenue au point de lui consacrer une musique ?

   Chassé de Rome par l'empereur Domitien en l'an 89, Epictète se retira à Nicopolis d'Epire, une petite cité grecque où il ouvrit une école de philosophie. Son enseignement oral ayant été transcrit par son disciple Arrien, nous disposons aujourd'hui de quatre livres d'Entretiens ainsi que du fameux Manuel d'Epictète qui résume sa doctrine. Notre musicien serait-il féru de culture gréco-latine et de philosophie antique ? Aurait-il lu les Entretiens d'Epictète ? Et si c'est bien le cas, comment ces textes ont-ils pu influencer sa musique ?

   D'après nos experts géographes, Paléohora est un petit village isolé, situé à la pointe Sud-Ouest de l'île de Crête. Le climat y est doux, la vie y est tranquille et une atmophère de paix semble régner dans ce lieu paradisiaque. On note cependant l'existence d'un vieux fort et même de quelques restes de machines de guerre qui semblent en désaccord total avec l'ambiance générale et la beauté des paysages.

   'A Friendly Card' nous pose bien des problèmes. En effet, l'album n'était pas encore sorti dans le commerce que nous recevions lettres et coups de téléphone de plusieurs personnes revendiquant être les dédicataires de l'oeuvre. A ce jour nous avons comptabilisé pas moins de 18 prétendants dont un président de banque, un roi et un prix Nobel de littérature. Tant que ce mystère ne sera pas résolu nous avons décidé de préserver l'anonymat de ces personnages. Il ne nous a malheureusement pas été possible d'obtenir confirmation de l'auteur qui n'a pas répondu à nos questions concernant ce sujet pour le moins controversé. Néanmoins, l'oeuvre pourrait bien être dédiée à l'un ou l'une de ses amis comme son titre peut le laisser présager.

   Une première version du 'Prélude en si bémol mineur' a été proposée au public dans l'album Geometrical Games sorti en 2001. Force est de constater que la version 2007 bénéficie d'une interprétation beaucoup plus sombre. Le sous-titre de cette pièce - 'Voyage à Paris' - laisserait-il supposer une diminution du rayonnement international de la Ville Lumière ? Ou bien s'agirait-il de l'apparition de nouveaux obstacles aux conditions d'exercice de la citoyenneté rendant compte par ailleurs du dépeuplement progressif et inexorable de cette ville ?

   Force est de reconnaître que nous n'avons pas encore résolu l'énigme posée par la pièce intitulée 'Jokhang Festivities'. Nous prions donc le lecteur de nous donner toutes indications concernant ses propres découvertes à ce sujet. Avec sa consonance asiatique, le nom 'Jokhang' semble cacher bien des mystères. Or, nous savons que le goût pour l'Extrème-Orient s'est manifesté très tôt chez notre auteur. Dans son album Sur la Colline Magique de 1993, n'avait-il pas déjà arrangé et orchestré avec succès la très poétique 'Chanson des quatre saisons' du musicien chinois Luting He ?

   Le bureau éditorial
   reves-magiques@wanadoo.fr



Information de dernière minute

   Paris, le 8 mars 2008.

   Nous venons de recevoir un courrier de Mr Frédéric Rossille qui a tenu à nous faire part de son sentiment concernant notre travail de publication. Qu'il en soit ici remercié. Nous attendons avec impatience les précisions qu'il a promis de nous faire parvenir et que nous publierons immédiatement dès réception.

   Christophe Lavigne, A&R Rêves Magiques



view 1 / view 2 / view 3 / view 4

[ Album paru le 4 février 2008 ]

Review
[click here]
home | music | store | profile | keywords | what's new | sitemap | [version française]